15. Juni 2012 · Kommentare deaktiviert für Freie Ausreise aus Tunesien, reguläre Migration nach Europa! · Kategorien: Tunesien · Tags: ,

Der UN-Berichterstatter für die Rechte der MigrantInnen F. Crépeau hat angemahnt, dass die EU die Wege für eine „reguläre Migration“ aus Tunesien öffnen soll. Tunesien hat er aufgefordert, die gesetzlich verankerte Kriminalisierung der nichtgenehmigten Ausreise (aus Ben-Ali-Zeiten) zurückzunehmen und die Abschiebehaftbedingungen zu verbessern.

Hier Berichte auf Englisch und Französisch sowie Meldung der Presseagentur:

UN Special Rapporteur on the human rights of migrants concludes first country visit in his regional study on the human rights of migrants at the borders of the European Union: Visit to Tunisia

http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=12231&LangID=E

TUNIS (8 June 2012):

Following an invitation by the Government, I conducted a visit to Tunisia from 3 to 8 June 2012 to investigate the situation of migrants in Tunisia within the broader context of the management of the external borders of the European Union (EU) in the Mediterranean region.

During my 6 day visit, I visited Tunis ( تونس ), the Port of Zarsis ( جرجيس )), the border point with Libya at Ras Jedir ( رأس جدير ), places of migrant detention, in cluding prisons and reception centers, and the Choucha Refugee camp. I have collected a significant amount of information from Government representatives, civil society and international organisations, and from meetings with migrants from a range of countries who themselves are currently residing in Tunisia, with a view to assessing their human rights situation, including how they are impacted by laws, policies and practices resulting both from Tunisian government initiatives and from EU policy regarding regional border control.

I would like to express my appreciation for the support and cooperation the Government provided in planning and coordinating the visit. I would also like to sincerely thank the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights in Tunis , for their indispensible support and assistance in bringing this mission into fruition.

My mission has been carried out in the context of my year long study of the human rights of migrants at the borders of the EU. In the coming months, I will be visiting other key points of entry and departure into the European Union, with missions to Turkey , Italy and Greece . I will then review the extensive information I will have received in order to develop a thematic study on the issue in question. This report will be made public, and will be presented to the UN Human Rights Council in June 2013. I trust that it will be of use to the Governments of each of the countries visited, as well as to the EU itself, to develop durable solutions for migrants in the region, including on the important issue of the management of borders, adopting a rights based approach in accordance with the fundamental principles of human rights law.

In the first place, I would like to congratulate the Government of Tunisia for the way in which it has dealt with the turbulent events of its Revolution of 2011. In particular, I applaud the Tunisian authorities and its people, for the peaceful transition it has achieved thus far, and the openness of the transitional government to adopting a human rights framework in building a new democratic Tunisia .

I also commend Tunisia ’s approach to the crisis across the border in neighboring Libya during this past year. I have learned that during the crisis, Tunisia opened its borders and welcomed up to 1 million persons fleeing Libya . In view of the fact that the majority of these persons have not remained in Tunisia , Tunisia has demonstrated how flexible, humanitarian approaches to migration crises can not only benefit people in need, but in fact become a tool that actively promote and protect human rights during situations of crisis.

I am also aware that as a result of the Arab Spring there has been much discussion within Europe regarding migration from North Africa .

Indeed, both the Tunisian Revolution and the crisis in Libya have had considerable impact on the discourse of migration and European borders. However, from the information that I have gathered, it is evident that whilst during the peak of the Tunisian Revolution there were some significant flows of Tunisian migrants across the Mediterranean to Italy , the total numbers were in fact rather low. This is particularly so when one considers the number of migrants that Tunisia accommodated from Libya . Furthermore, despite widespread fears by some EU member states of an ongoing irregular influx of Tunisians to Europe , the flow experienced in 2011 appears to have been a sui generis response to the Tunisian Revolution, and not an ongoing reality.

I further observe that Tunisian ports do not appear to be the main departure points for those trying to reach Europe by sea. I have received various reports indicating that Libya remains the key route through which migrants attempt the treacherous crossing of the Mediterranean . Nonetheless, Tunisian authorities, including the Garde Nationale Maritime , have the obligation to protect all persons in distress at sea. They should be commended for their recent activity regarding a boat in the Mediterranean , which had over 60 persons on board, including many Somalis including women and children. Despite the proximity of the boat to the Italian and Maltese territories, in this case it was the Tunisian coast guard who rescued the sinking ship, and brought the passengers safely to Tunisia where they were received at the Choucha refugee camp, and are now awaiting processing. Having met with some of these individuals at Choucha, I encourage Tunisia to continue this practice of placing the human rights of migrants at the forefront of all border maritime operations.

Nevertheless, I learned that a large majority of regional migration initiatives coming from the EU continue to be focused on issues of border control, and do not consider important issues such as the facilitation of regular migration channels. Thus I encourage the European authorities to develop, in the context of the Migration and Mobility Partnership currently being negotiated, and in conjunction with bilateral agreements of the Member States of the Union, a more nuanced policy of migration cooperation with Tunisia, which moves beyond security issues to develop new initiatives in consultation and in real partnership with Tunisian authorities, which place at their core the respect, protection and promotion of the human rights of migrants.

However, I did observe some issues regarding the human rights of migrants in Tunisia that require further attention. Firstly, I am concerned that irregular border crossing remains a criminal offence in Tunisia ( franchissement illégal de la frontière ). This contravenes fundamental principles of human rights including the right to leave ones country (Art. 12, ICCPR). Whilst the Tunisian authorities insist that this is not regularly applied against Tunisians, I learned of cases where it was in fact used, including against foreigners entering Tunisia irregularly, and who were subsequently imprisoned for the alleged offence. I also met with an unaccompanied minor who had been charged with crossing the border into Tunisia illegally. He was sentenced to 9 days prison, which he served in a juvenile facility, and was thereafter transferred to a detention center awaiting deportation.

Furthermore, I remained concerned about the fact that there is no adequate refugee status determination procedure in Tunisia . I have learned from the Tunisian authorities that this is currently under review, and I would encourage the swift passage of this into law to ensure a comprehensive legal framework that would protect all refugees and asylum seekers in Tunisia . In this context, I also heard reports that some third country nationals cross the border irregularly in an attempt to reach the Choucha camp and make an asylum claim. However, it was reported to me that sometimes, if they are caught by Tunisian authorities before reaching the camp, they are pushed back to Libya . Thus, the establishment of a clear asylum determination procedure, would protect the rights of these vulnerable individuals, and may better facilitate the early recognition of certain categories of migrants crossing the border into Tunisia who may be deserving of refugee protection.

Moreover, migrants who either find themselves without valid documents or who have served a prison sentence are often sent to ‘ centres d’accueil et d’orientation’ in order to be deported. I visited one such center, Ouardia, in the South of Tunis. Whilst the facilities were commendable, persons in these centres are not free to leave. I would like to stress that even though the Tunisian government insist that Ouardia and other such centres are “ centres d’accueil et d’orientation ”, as long as persons are deprived of their liberty in these facilities, they are in fact detention centres. I am particularly concerned that minors are held in these centres as well. In the case of a particular minor I met with, he had been in the center for 21 days, had not been in touch with his family, who were not aware of his whereabouts, and he was not allowed to meet with consular authorities until he self harmed in order to get the attention of the staff. Detention should be a measure of last resort, alternatives to detention should be developed, and detention should certainly never be applied against unaccompanied minors.

I also met with migrants who had been charged with criminal offences and who find themselves detained in Tunisian prisons. Many of these migrant detainees claimed that they had no access to a lawyer or the ability to make phone calls to family members or consular authorities. I also remain concerned about the detention of some young Libyan men, allegedly for drug consumption. Though they deny having possessed any drugs in Tunisia , the cases against these individuals are reportedly based on blood or urine analysis, which they claim reveal drug consumption before entering Tunisian territory, which could indicate no crime actually committed on Tunisian soil. Many of these migrants suspect these charges are being used as a pretext for detaining them as Libyan nationals in Tunisia . I thus urge that due process of law be granted to all migrants when facing criminal charges, and they be afforded all the rights and guarantees provided for in international law.

Furthermore, I am also concerned by the fact that some Tunisians, who I met with and who were in pre-trial detention, have been charged with participation in smuggling of migrants, even though their participation had been limited to peripheral acts and they did not appear to be connected with the organization of the smuggling operations.

Bearing in mind the fragile state of democratic transition in which Tunisia finds itself, I thus strongly recommend the consolidation of a human rights-based approach, which must ensure the respect, protection and promotion of all the rights of all persons within Tunisia , including citizens and non-citizens alike.

Recommendations to the Tunisian government:

  • Ensure the protection of all human rights for everyone, including migrants, regardless of their status, in the new Constitution.
  • Establish an independent national human rights institution in accordance with the Paris Principles, with a mandate to monitor the human rights of everyone in the territory or under the jurisdiction of Tunisian authorities, including migrants.
  • Ensure that the National Preventive Mechanism which is in the process of being created, as required by the Optional Protocol to the Convention against Torture and other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, is mandated to visit all places where migrants may be deprived of their liberty.
  • Decriminalize irregular border crossings.
  • Create a national asylum determination process in conformity with international standards.
  • Ensure that all migrants deprived of their liberty are able to promptly contact their family and a lawyer, which should be free of charge if necessary. Migrants who are not able to pay for their own deportation should not be kept in detention.
  • Ratify the International Convention on the Protection of the Rights of All Migrant Workers and Members of Their Families.
  • Encourage and support independent NGOs that support migrants.

Recommendations to the European Union:

  • Continue supporting the democratic transition in Tunisia , while fully respecting all human rights for all, including for migrants
  • In the context of the Migration and Mobility Partnership currently being negotiated, adopt a more nuanced approach to migration policy with Tunisia , that moves beyond security and border control discourse and develops a real partnership that focuses on the respect, protection and promotion of the human rights of migrants.
  • Equally encourage individual EU member states with bilateral migration related agreements with Tunisia place human rights at the core of these agreements.
  • Ensure that its member states take all necessary measures to rescue migrants in distress in the Mediterranean sea, including rescuing ships and taking those on board to a safe port of disembarkation, and intensify its efforts to search for the 300 Tunisians who are reported to have disappeared in the Mediterranean sea .

François Crépeau ( Canada ) was appointed Special Rapporteur on the human rights of migrants in June 2011 by the UN Human Rights Council, for an initial period of three years. As Special Rapporteur, he is independent from any government or organization and serves in his individual capacity. Mr. Crépeau is also Full Professor at the Faculty of Law of McGill University, in Montréal, where he holds the Hans and Tamar Oppenheimer Chair in Public International Law and is scientific director of the Centre for Human Rights and Legal Pluralism.

Learn more about the Special Rapporteur’s mandate and activities, log on to: http://www2.ohchr.org/english/issues/migration/rapporteur/index.htm

 

 

Le Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme des migrants conclut sa première visite de pays dans son étude régionale des droits de l’homme des migrants aux frontières de l’Union européenne : Visite en Tunisie

http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=12231&LangID=F

TUNIS (8 juin 2012):
A l’invitation du gouvernement, j’ai fait une visite en Tunisie du 3 au 8 juin 2012 pour enquêter sur la situation des migrants en Tunisie, dans le contexte plus large de la gestion des frontières extérieures de l’Union européenne (UE) dans la région méditerranéenne.

Au cours de ma visite de six jours, j’ai visité Tunis ( تونس ), le port de Zarzis ( جرجيس ), le poste frontière de Ras Ajdir ( رأس جدير ), des lieux de détention de migrants, y compris des prisons et des lieux d’hébergement, ainsi que le camp de réfugiés de Choucha. J’ai recueilli beaucoup d’information auprès de représentants du gouvernement, d’organismes de la société civile et d’organisations internationales, ainsi que de la part de migrants provenant de nombreux pays et résidant en Tunisie. L’objectif était d’évaluer la protection des droits de l’homme de ces derniers, tant par les lois, politiques et pratiques du gouvernement tunisien, que suite à l’impact des politiques européennes de contrôles migratoires aux frontières avec la région.

Je veux remercier le gouvernement tunisien pour son soutien et sa coopération dans la préparation et l’organisation de cette visite. Je veux aussi remercier sincèrement le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme à Tunis, sans le soutien et l’assistance duquel la mission n’aurait pu se dérouler dans d’aussi bonnes conditions.

Ma mission s’est déroulée dans le contexte d’une étude d’une année portant sur les droits de l’homme des migrants aux frontières de l’UE. Dans les prochains mois, je visiterai d’autres points d’entrée dans l’UE, par des missions en Turquie, en Italie et en Grèce.

L’information recueillie servira à développer un rapport thématique sur la question. Ce rapport sera rendu public lors de sa soumission au Conseil des droits de l’homme en juin 2013. Je suis confiant que ce rapport sera utile à la mise en œuvre de solutions durables pour les migrants par les autorités des gouvernements concernés et par l’UE elle-même, particulièrement sur les questions de la gestion des frontières, par l’adoption d’une approche fondée sur les droits de l’homme garantis par le droit international.

En premier lieu, je veux féliciter le gouvernement de Tunisie pour la manière dont il a géré les conséquences de sa révolution de 2011. En particulier, je félicite les autorités et la population tunisiennes, pour une transition jusqu’ici pacifique et pour l’ouverture manifestée par le gouvernement tunisien envers l’adoption du cadre des droits de l’homme pour la construction d’une Tunisie démocratique.

Je félicite également les autorités tunisiennes pour les efforts qu’elles ont déployés à la frontière suite à la crise libyenne. J’ai appris que, durant cette crise, la Tunisie avait ouvert ses frontières et accueilli jusqu’à un million de personnes fuyant la Libye. La Tunisie a démontré comment une approche flexible et humanitaire des crises migratoires bénéficie non seulement aux migrants eux-mêmes, mais devient un outil de protection et de promotion des droits de l’homme pour tous en temps de crise. La grande majorité de ces réfugiés et migrants ont d’ailleurs déjà quitté la Tunisie.

Je sais aussi que, du fait du printemps arabe, de nombreux débats ont eu lieu en Europe au sujet des migrations d’Afrique du Nord. La révolution tunisienne et la crise libyenne ont eu un impact considérable sur le discours public concernant les migrations et les frontières.

L’information que j’ai pu réunir montre toutefois que, s’il y a eu des flux significatifs de migrants tunisiens vers l’Italie au plus chaud de la révolution tunisienne, les chiffres totaux sont peu élevés. Ceci est particulièrement notable lorsqu’ils sont comparés au nombre de migrants que la Tunisie a accueillis en provenance de Libye. De plus, malgré les craintes alarmistes d’un afflux continu de migrants tunisiens, l’expérience de 2011 semble avoir été une réponse ponctuelle à la révolution tunisienne, sans véritable suite.

J’observe de plus que les ports tunisiens ne semblent pas être les principaux lieux de départ par mer. J’ai reçu de nombreux rapports indiquant que la Libye demeure le passage clef par lequel les migrants tentent de traverser la Méditerranée. Néanmoins, les autorités tunisiennes, y compris la Garde Nationale Maritime , ont l’obligation de protéger toutes les personnes en détresse en mer. Elles doivent être félicitées pour leur récente action envers un bateau contenant plus de soixante personnes, y compris des femmes et des mineurs somaliens. Malgré la proximité des côtes italiennes et maltaises, dans ce cas-ci, les gardes côtes tunisiens assurèrent le sauvetage des passagers et les débarquèrent sains et saufs sur le territoire tunisien. Ils sont hébergés et pris en charge au camp de Choucha, où j’ai eu l’occasion d’en rencontrer plusieurs. J’encourage la Tunisie à continuer cette pratique de placer les droits de l’homme des migrants au cœur de ses opérations maritimes.

L’information recueillie montre que la plupart des initiatives migratoires régionales en provenance de l’UE restent centrées sur les contrôles frontaliers et négligent des questions importantes, comme la facilitation de la mobilité et de la migration régulière. J’encourage donc les autorités européennes à développer, dans le contexte des partenariats de migration et de mobilité en cours de négociations, et en lien avec les accords bilatéraux avec des pays membres de l’Union, une politique plus équilibrée de coopération migratoire avec la Tunisie. Celle-ci doit dépasser les questions seulement sécuritaires et développer de nouvelles initiatives, dans le cadre d’un véritable partenariat qui soit centré sur le respect, la protection et la promotion des droits de l’homme des migrants.

J’ai toutefois observé des situations préoccupantes au regard des droits des migrants en Tunisie. Premièrement, le passage irrégulier de la frontière, à l’entrée comme à la sortie, reste en Tunisie une infraction pénale passible de peines de prison ( franchissement illégal de la frontière ). Ceci contrevient au droit fondamental de toute personne de quitter tout pays, y compris le sien (art. 12, PIDCP). Les autorités tunisiennes affirment que les sanctions pénales ne sont généralement pas appliquées aux Tunisiens. J’ai toutefois été informé de cas de condamnations pénales, y compris pour des étrangers entrant irrégulièrement en Tunisie, suivies de périodes d’emprisonnement effectif. J’ai ainsi rencontré un mineur étranger non accompagné ayant franchi la frontière irrégulièrement, qui fut condamné à 9 jours de prison, qui servit sa sentence dans un centre juvénile fermé et fut ensuite transféré dans un centre de détention en attendant son expulsion.

De plus, je m’inquiète de l’absence d’une procédure adéquate de reconnaissance du statut de réfugié en Tunisie. J’ai appris que les autorités tunisiennes sont en cours de préparation d’une telle procédure et les encourage à faire adopter ce projet le plus rapidement possible de manière à fournir un cadre juridique complet permettant une protection efficace de tous les réfugiés et demandeurs d’asile en Tunisie. Dans ce contexte, j’ai aussi reçu des rapports selon lesquels des étrangers tentent de traverser irrégulièrement la frontière pour atteindre le camp de Choucha dans le but d’y déposer une demande d’asile. Toutefois, il est rapporté que, parfois, si les autorités tunisiennes les capturent avant d’atteindre le camp, ces personnes sont renvoyées en Libye. L’établissement d’une procédure de reconnaissance du statut de réfugié claire pourrait protéger les droits de ces individus vulnérables et pourrait faciliter la reconnaissance des besoins de protection de certaines catégories de migrants traversant la frontière.

De plus, les étrangers qui n’ont pas de documentation de voyage ou de séjour valide ou qui ont terminé une peine de prison sont souvent envoyés dans des « centres d’accueil et d’orientation » avant leur expulsion. J’ai visité le centre de Ouardia au sud de Tunis. Quelle que soit leur appellation officielle, tant que les intéressés ne sont pas libres de les quitter, il s’agit de centres de détention. Je suis particulièrement inquiet que des mineurs y soient détenus. J’ai rencontré un mineur qui se trouvait au centre depuis 21 jours, qui n’avait pas réussi à communiquer avec sa famille, laquelle ignorait où il se trouve, et qui ne put rencontrer les autorités consulaires de son pays qu’après s’être automutilé pour obtenir l’attention du personnel. La détention devrait toujours être une mesure de derniers recours, des mesures alternatives à la détention devraient être développées et les mineurs ne devraient jamais être détenus.

J’ai aussi rencontré des migrants détenus dans des prisons tunisiennes suite à une accusation pénale. Plusieurs de ces migrants disaient n’avoir pas eu accès à un avocat, ou la possibilité d’appeler leur famille ou leurs autorités consulaires. Je suis encore inquiet de la détention de jeunes hommes libyens, semble-t-il en vertu de la pénalisation de la consommation de drogue. Plusieurs ont nié avoir possédé de la drogue en Tunisie. Le dossier semble reposer sur des tests sanguins qui prouveraient une consommation de drogue avant d’entrer sur le territoire tunisien et semblerait indiquer qu’aucun crime n’a été commis sur le territoire tunisien. Plusieurs de ces migrants estiment que les accusations ne sont qu’un prétexte pour détenir des citoyens libyens en Tunisie. J’appelle donc les autorités tunisiennes de garantir tous les droits de ces étrangers, tels que prévus en droit international, dans toutes les procédures les concernant.

De plus, je suis aussi inquiet de la détention préventive de plusieurs Tunisiens que j’ai rencontrés et qui sont accusés de complicité dans des opérations de trafic de migrants, alors même que leur participation se serait limitée à des actes périphériques et qu’ils ne seraient aucunement liés à l’organisation d’opérations de trafic.

Conscient de la fragilité de la transition démocratique en Tunisie, je recommande vivement la consolidation d’une approche fondée sur les droits, qui veille au respect, à la protection et à la promotion en Tunisie de tous les droits pour tous, citoyens ou étrangers.

Recommandations aux autorités tunisiennes :

  • Garantir dans la nouvelle Constitution la protection de tous les droits de l’homme de chacun, y compris des migrants, quel que soit leur statut.
  • Établir une institution nationale des droits de l’homme qui respecte les principes de Paris, avec pour mandat la garantie des droits de l’homme de toute personne qui se trouve sur le territoire tunisien ou sous le contrôle des autorités tunisiennes, y compris des migrants.
  • Garantir que le mécanisme national de prévention en cours de création, conformément au Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants , ait le mandat de visiter tous les lieux dans lesquels des migrants pourraient être détenus.
  • Décriminaliser le passage irrégulier des frontières.
  • Créer une procédure nationale de reconnaissance du statut de réfugié conforme aux normes internationales.
  • Garantir que tous les migrants privés de leur liberté puissent rapidement contacter leur famille et un avocat, lequel devrait être fourni gratuitement si nécessaire. Les migrants qui sont dans l’incapacité de payer pour leur retour au pays ne devraient pas être gardés en détention.
  • Ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille .
  • Encourager et appuyer les activités des ONGs qui soutiennent les migrants.

Recommandations pour l’Union européenne.

  • Continuer d’appuyer las transition démocratique tunisienne, dans le respect de tous les droits pour tous, y compris des migrants.
  • Dans le contexte des partenariats de migration et de mobilité en cours de négociation, adopter une politique plus équilibrée de coopération migratoire avec la Tunisie, qui dépasse le discours sur la sécurité et les contrôles aux frontières et développe un véritable partenariat centré sur le respect, la protection et la promotion des droits de l’homme des migrants.
  • Encourager également les États membres de l’Union qui ont avec la Tunisie des accords bilatéraux relatifs aux migrations de placer les droits de l’homme des migrants au cœur de la réalisation de ces accords.
  • Garantir que ses États membres prennent toutes les mesures nécessaires pour secourir les migrants en détresse en mer méditerranée, y compris par le sauvetage de navire et l’embarquement de passagers et leur débarquement dans un port sûr, et intensifier les recherches des trois cents Tunisiens qui auraient disparus en mer.

François Crépeau (Canada) a été nommé Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants en juin 2011 par le Conseil des droits de l’homme, pour une période initiale de trois ans. En tant que Rapporteur spécial, il est indépendant de tout gouvernement ou organisation et sert à titre individuel. Mr. Crépeau est également professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université McGill, à Montréal, où il détient la Chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public, et est directeur scientifique du Centre pour les droits de la personne et le pluralisme juridique.

Pour en savoir plus, connectez-vous à : http://www2.ohchr.org/english/issues/migration/rapporteur/index.htm
Voyez la Convention internationale pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles: http://www2.ohchr.org/english/law/cmw.htm

L’Expert des Nations Unies exhorte l’UE à voir au-delà de la sécurité et du contrôle des frontières dans son partenariat sur les migrations avec la Tunisie

GENEVE / TUNIS (12 Juin 2012) – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme des migrants, François Crépeau, a appelé l’Union européenne à aller au-delà des questions de sécurité et de son discours de contrôle des frontières, et de développer le partenariat sur les migrations et la mobilité, actuellement en négociation avec la Tunisie, en se concentrant davantage sur le respect, la protection et la promotion des droits de l’homme des migrants.

« Une grande majorité des initiatives régionales de migration en provenance de l’UE continuent d’être axées sur le contrôle aux frontières, et ne prennent pas en considération d’ importantes questions telles que la mise en place de voies de migration régulières », a déclaré M. Crépeau * à la fin de sa première visite à Tunisie (3-8 juin), dans le cadre de son étude d’un an sur la gestion des migrations aux frontières extérieures de l’UE, qui doit le mener vers les pays de transit clés et les points d’entrée.

« J’encourage les autorités européennes à élaborer une politique plus équilibrée concernant la coopération migratoire avec la Tunisie, qui va au-delà des questions de sécurité, pour développer de nouvelles initiatives, en consultation et en partenariat réel avec les autorités tunisiennes, en vue de placer au cœur de leurs initiatives le respect, la protection et la promotion de la droits de l’homme des migrants », a-t-il dit.

En outre, le Rapporteur spécial a exhorté les Etats membres de l’UE à prendre toutes les mesures nécessaires pour secourir les migrants en détresse dans la Méditerranée, y compris le sauvetage des navires et de prendre en charge les personnes à bord pour les emmener jusqu’à un port sûr de débarquement, et d’intensifier ses efforts pour rechercher les 300 personnes tunisiennes qui ont été déclaré disparues en Méditerranée.

M. Crépeau a également attiré l’attention sur la situation des migrants en Tunisie, et exprimé la crainte que le franchissement irrégulier des frontières demeure une infraction pénale dans le pays, en violation des principes fondamentaux des droits de l’homme, incluant le droit de quitter tout pays.

« Alors que les autorités tunisiennes insistent sur le fait que ce n’est en général pas appliqué à l’encontre des Tunisiens, j’ai eu connaissance de cas où ces sanctions étaient en fait utilisées, y compris contre des étrangers entrant en Tunisie de manière irrégulière, et qui ont ensuite été emprisonnés pour l’infraction présumée », a-t-il dit. « J’ai aussi rencontré un mineur non accompagné qui avait été condamné pour avoir traversé la frontière illégalement en Tunisie, et qui a été condamné à 9 jours de prison ».

L’expert des droits humains a également noté qu’il n’existe pas de procédure adéquate de détermination du statut de réfugié en Tunisie. « La mise en place d’une procédure claire de détermination de l’asile, permettrait de protéger les droits de ces personnes vulnérables, et sans doute de faciliter une identification plus précoce de certaines catégories de migrants traversant la frontière en Tunisie et qui sont à même de se voir reconnaitre la protection due aux réfugiés ».

Les migrants qui, soit se retrouvent sans documents valables ou qui ont purgé une peine de prison sont souvent envoyés vers des « centres d’accueil et d’orientation » en vue d’être déportés. « Tant que des personnes sont privées de leur liberté dans ces établissements, ce sont en fait des centres de détention », a souligné M. Crépeau. « Je suis particulièrement préoccupé par le fait que des mineurs sont détenus de cette façon dans ces centres. La détention devrait être une mesure de dernier recours, des alternatives à la détention devraient être développées, et la détention devrait ne jamais être appliquée à l’encontre de mineurs non accompagnés ».

Durant sa mission de six jours, le Rapporteur spécial s’est rendu à Tunis, dans le port de Zarzis, au poste de frontière avec la Libye à Ras Jedir, dans des lieux de détention de migrants, y compris des prisons et des centres d’accueil, et dans le camp de réfugiés de Choucha. Il a rencontré des représentants du gouvernement, de la société civile et des organisations internationales, ainsi que des migrants issus de pays tiers et se trouvant en Tunisie.

Le projet d’un an lancé par le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants sera finalisé par un dossier thématique qui sera présenté au Conseil des Droits de l’Homme en juin 2013.

François Crépeau (Canada) a été nommé Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants en Juin 2011 par le Conseil des droits de l’homme, pour une période initiale de trois ans. En tant que Rapporteur Spécial, il est indépendant de tout gouvernement ou organisation et sert à titre individuel. M. Crépeau est également professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université McGill, à Montréal, où il est président de la Chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public et est directeur scientifique du Centre pour les droits de l’homme et le pluralisme juridique. Pour en savoir plus, connectez-vous à : http://www2.ohchr.org/english/issues/migration/rapporteur/index.htm

(*) Vérifier le document complet de fin de mission: http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=12231&LangID=F

Pour verifier l’envoi par le Spécial rapporteur à l’Assemblée Générale de l’ONU (21 Octobre 2011) : http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11523&LangID=E

Pour Lire la Convention internationale pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles:http://www2.ohchr.org/english/law/cmw.htm

Pour plus d’informations et les demandes des médias, merci de contacter: Jacqui Zalcberg (+41 917 9271 / jzalcberg@ohchr.org) ou Christel Mobech (+41 917 9995 /cmobech@ohchr.org) write to migrant@ohchr.org

Pour toutes demandes des médias relatives à d’autres experts indépendants des Nations Unies: Xabier Celaya, Droits de l’Homme ONU – Unité Media- (+ 41 22 917 9383 /xcelaya@ohchr.org)

Droits de l’Homme de l’ONU, suivez-nous sur les médias sociaux:
Facebook: https://www.facebook.com/unitednationshumanrights
Twitter: http://twitter.com/UNrightswire
Google+ gplus.to/unitednationshumanrights
YouTube: http://www.youtube.com/UNOHCHR

ttp://www.tap.info.tn/fr/fr/component/content/article/378-actualite/27562-migration-le-partenariat-ue-tunisie-au-dela-du-controle-des-frontieres-expert-onusien.html

Ähnliche Beiträge

Kommentare geschlossen.