16. April 2013 · Kommentare deaktiviert für IWF und Weltbank rufen Algerien zur Kürzung der Lebensmittel- und Energiesubventionen auf · Kategorien: Algerien · Tags:

Sans impact significatif sur la pauvreté

http://www.elwatan.com/economie/sans-impact-significatif-sur-la-pauvrete-16-04-2013-210465_111.php

La subvention aux prix des produits alimentaires de base et de l’énergie ont souvent fait l’objet d’étude et d’analyse des experts du FMI et de la Banque mondiale (BM).

Pas plus tard que la semaine dernière, la BM a rendu public un rapport dans lequel elle «appelle les pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) à réviser leurs systèmes de protection sociale, dont les subventions des prix qui alourdissent les finances publiques et profitent davantage aux riches». Selon la BM, les subventions occasionnent de grandes fuites en faveur des riches, notamment les subventions générales censées aider les couches pauvres de la population. «Cette catégorie d’aide pèse lourdement sur les budgets publics, alors même qu’elle profite souvent davantage aux riches qu’aux pauvres et qu’elle génère de fortes distorsions économiques, diminuant la demande pour la main-d’œuvre», lit-on dans le rapport.

Les pays de la région MENA consacrent en moyenne 5,7% de leur PIB à des subventions, dont 80% de subventions pétrolières. Une comparaison réalisée avec d’autres pays en développement a montré que les subventions y représentent en moyenne 1,3% du PIB. En outre, «les pays de la région MENA consacrent 0,7% de leur PIB à des transferts en espèces et à d’autres formes d’aide ciblée aux pauvres, mais ces dépenses n’ont pas d’impact significatif sur la pauvreté et les inégalités car elles ne sont pas suffisamment ciblées et couvrent un pourcentage extrêmement faible de la population», souligne la Banque mondiale.  Pour sa part, le FMI a estimé, dans son dernier rapport sur les indicateurs macroéconomiques de l’Algérie, que les subventions du pays représentent un effort budgétaire significatif, tout en précisant que les transferts budgétaires ont atteint, l’année dernière, 13,6% du PIB. Selon le FMI, les pouvoirs publics «se sont engagée à améliorer la qualité et le ciblage des subventions et se sont dit intéressés par l’assistance technique du FMI».

Lyes Mechti

Ähnliche Beiträge

Kommentare geschlossen.