27. Juli 2013 · Kommentare deaktiviert für Ägypten Tunesien: „2 Revolutionen in Lebensgefahr“ – live blogging Rue 89 · Kategorien: Ägypten, Tunesien · Tags:
Live Blogging 27/07/2013 à 11h59
http://www.rue89.com/2013/07/27/tunisie-egypte-deux-revolutions-danger-mort-244583

Tunisie, Egypte : deux révolutions en danger de mort

Pierre Haski | Cofondateur

La Tunisie, suivie de l’Egypte, avaient été les deux premières révolutions de ce qu’on a pu appeler le « Printemps arabe », qui s’est ensuite étendu aux autres pays. Les deux pays vivent aujourd’hui des heures tragiques, et les processus politiques engagés en 2011 menacent de s’effondrer.

Dans les deux cas, ce sont les islamistes – Frères musulmans en Egypte, Ennahdha en Tunisie – qui ont remporté les premières élections organisées après la chute de dictateurs au pouvoir durant plus de deux décennies.

Dans les deux cas, ces pouvoirs à dominante islamiste ont été des échecs, à la fois politique et économique, incapables de mener à bien des transitions qui se voulaient démocratiques.

Des dizaines de morts au Caire

Au Caire, le président issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi, a été renversé le 3 juillet par l’armée et un mouvement populaire dans la rue, provoquant des confrontations quotidiennes qui ont déjà fait au moins 200 morts.

Ce samedi matin, l’armée et des civils armés ont ouvert le feu sur des manifestants pro-Morsi, faisant plusieurs dizaines de morts -92 selon la police, 200 selon les pro-Morsi- et des centaines de blessés. Un bain de sang qui fait suite à la démonstration de force de l’armée, vendredi, dans la capitale égyptienne.

Jim Roberts, correspondant du New York Times, a tweeté un lien vers des photos des violences du Caire dont certaines sont difficiles à voir, et qui risquent de radicaliser un peu plus la situation.

A Tunis, l’assassinat, jeudi, du député de gauche Mohamed Brahmi, deuxième meurtre politique en six mois, a été suivi d’une vague de protestations, faisant un mort dans le sud de la Tunisie. Une quarantaine d’élus d’opposition ont par ailleurs annoncé leur intention de boycotter l’Assemblée nationale chargée de rédiger une nouvelle constitution.

Samedi matin, jour des funérailles du leader assassiné, une bombe a explosé devant un commissariat dans la banlieue de Tunis, sans faire de victimes.

Funérailles sous haute tension à Tunis

C’est dans ce climat tendu que se déroulent ce samedi les funérailles de Mohamed Brahmi.

L’émotion est forte à Tunis, qui a l’impression de revivre les mêmes scènes que lors des funérailles de Chokri Belaid, un autre dirigeant d’une formation de gauche assassiné en février dernier, semble-t-il par les mêmes hommes avec les mêmes armes selon la police.

Le site indépendant tunisien Nawwat.org, qui assure la couverture de l’événement, indique que le chef de l’armée tunisienne, Mohamed Salah Hamdi, était également présent au cimetière lors de l’arrivée de la dépouille mortelle de Mohamed Brahmi.

Maître Nacer Laouini, un avocat qui a pris la parole aux funérailles, a déclaré :

« Le chef de l’armée est là, nous demandons à l’armée de rester comme elle a toujours été : à côté du peuple. »

Le chef de l’armée tunisienne, Mohamed Salah Hamdi, aux funérailles de Mohamed Brahmi (Lilia Weslaty via Nawaat.org)

Des incidents ont éclaté après les funérailles, autour du siège de l’Assemblée nationale.

Ähnliche Beiträge

Kommentare geschlossen.