03. Dezember 2013 · Kommentare deaktiviert für Marokkos Grenzzaun zu Algerien – Aufrüstung · Kategorien: Algerien, Marokko · Tags: ,

http://www.maghrebemergent.info/actualite/

Boualem Alami

Le Maroc envisage d’ériger une muraille de barbelés sur 450 km de frontière avec l’Algérie

La lutte contre l’émigration clandestine serait derrière la décision marocaine d’ériger des barbelés le long des frontières (DR)

Le Maroc veut durcir sa politique de lutte contre l’immigration clandestine en construisant une immense barrière de barbelés sur le tracé de sa frontière avec l’Algérie. Objectif: fermer le pays aux immigrants subsahariens, et les empêcher ensuite de tenter d’entrer clandestinement dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila.

Le Maroc, en fait, ne se préoccupe pas des trafics de marchandises ou de la drogue entre les deux pays, mais veut durcir un peu plus la lutte contre l’immigration clandestine. Selon des médias marocains, de hauts responsables du ministère de l’Intérieur, de l’armée et de la gendarmerie s’étaient réunis à Oujda, ville frontalière avec l’Algérie, pour discuter de ce projet. Une réunion entourée d’un black-out total, mais qui a fait le buzz sur la toile après avoir été rapportée par la presse locale et espagnole. Selon le quotidien Akhbar Al Youm, ce projet, qui porte sur la réalisation d’une barrière de barbelés allant de ville côtière de Saidia au nord, à celle de Figuig, au sud sur une distance de 450 km, aurait été initié par le commandant de la gendarmerie royale Hosni Benslimane, l’inspecteur général des forces armées royales Abdelaziz Bennani, et le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad. Objectif : lutte contre l’immigration clandestine et le trafic de drogue au Maroc.

Les espagnols applaudissent

Akhbar Al Youm croit savoir que ce projet “devrait être mis en œuvre dans les prochaines semaines“. En outre, le même projet serait “lié à la politique de régularisation exceptionnelle des étrangers au Maroc“, qui doit être mise en œuvre dès janvier 2014, ajoute le même quotidien.
L’annonce de ce projet, non confirmé officiellement à Rabat, a fait réagir les autorités espagnoles de l’enclave de Mellila, en territoire marocain. Selon le Délégué du Gouvernement de Melilla, Abdelmalik El Barkani, espagnol d’origine marocaine, “la pose d’une ligne barbelée le long de la frontière nord du Maroc avec l’Algérie permettrait d’empêcher l’entrée de subsahariens sur le territoire marocain et de réduire, en même temps, la pression migratoire qui s’exerce sur Ceuta et Melilla“. Entre 1500 et 2000 Subsahariens, qui se trouvent actuellement au Maroc, sont en situation d’attente pour franchir l’une des enceintes fortifiées des deux villes espagnoles, selon les autorités de ces enclaves.

Les ONG dénoncent

Pour autant, les ONG marocaines et internationales de défense des droits des migrants dénoncent ce projet, et l’assimilent à une volonté de nuire aux subsahariens. Selon ces organisations, cette frontière de barbelés servira “les activités des mafias spécialisées dans le trafic en tout genre“, notamment celui des personnes. Cette barrière de barbelés va obliger, en plus, les subsahariens en quête de l’Eldorado européen à emprunter de nouvelles routes beaucoup plus risquées pour leur vie. Le risque est encore “plus grand dans un désert jonché de mines et en Mauritanie où activent des réseaux de trafics particulièrement dangereux“, estiment les mêmes ONG, qui dénoncent l’édification de tels ouvrages attentatoires à la dignité humaine et ont provoqué des dizaines de morts à Méllila et Ceuta parmi les immigrants clandestins qui ont tenté de franchir ces barrières. Enfin, d’autres estiment que le projet marocain, serait une réponse au projet de l’Algérie de sécuriser ses frontières avec le Maroc en creusant des tranchées sur une distance de 700 km pour lutter contre le trafic de drogue et des carburants.

Ähnliche Beiträge

Kommentare geschlossen.