23. März 2017 · Kommentare deaktiviert für A Athènes le 18 mars des milliers de voix se sont élevées contre le racisme · Kategorien: Griechenland · Tags:

efsyn.gr | 20.03.2017

Michaïl-Agelos Constantopoulos

Le samedi 18 mars plusieurs manifestations ont été organisées à Athènes ainsi qu’à plusieurs autres villes de la Grèce à l’occasion de la journée internationale contre le racisme du 21 mars et de l’anniversaire de l’accord UE-Turquie. La participation y a été massive.

A Athènes, les manifestants appartenant à des collectifs, des syndicats, des partis de la gauche extra-parlementaire, des fédérations étudiants ou venant des squats qui servent de lieux d’accueil aux réfugiés, ont réclamés l’abrogation de l’accord UE-Turquie ainsi que l’ouverture des frontières pour les réfugiés qui se trouvent actuellement bloqués en Grèce.

Parmi les manifestants, on notait la présence des réfugiés provenant de plusieurs camps de la région d’Attique ainsi que ceux qui sont hébergés à l’hôtel occupé City Plaza, et à d’autres immeubles occupés comme celui de la rue Notara à Exarchia, le 5ième lycée d’Athènes etc. Etaient également présents des membres de la KEERFA, de LAE, d’Antarsya, de la Coordination Antifasciste Athènes-Pirée, des syndicats de la fonction publics, de l’audiovisuel public, des syndicats hospitaliers, des fédérations étudiants et des collectifs anarchistes et autonomes.

La mobilisation des communautés des immigrés et notamment celle d’Afghanistan, de Pakistan, du Bangladesh et de l’Afrique noire a été très forte ; les immigrés tenaient à montrer leur solidarité avec les réfugiés et à dénoncer les agressions racistes dont ils sont souvent la cible.

Les manifestants se sont donné rendez-vous à la place Omonia où plusieurs intervenants ont pris la parole pour dénoncer le caractère criminel de l’accord UE-Turquie et ont demandé l’ouverture des frontières aux réfugiés ; ils ont aussi insisté sur la nécessité de lutter contre l’islamophobie.

Plusieurs orateurs ont également dénoncé la xénophobie outrancière de Trump qui renforce la montée de l’extrême droite en Europe.

Plus que 3.000 personnes ont participé à cette manifestation dont les mots d’ordre principaux étaient «Open the borders!» et « Londres, Rome, Barcelone, Athènes, en luttant ensemble nous ouvrons les frontières ». La manifestation s’est dirigée vers le Parlement pour se dissoudre devant les locaux de la représentation de l’UE à Athènes, tandis que quelques manifestants ont lancé de la peinture rouge vers l’ambassade autrichienne qui se trouve juste à côté, en signe de protestation contre l’attitude hostile aux réfugiés de ce pays et à la fermeture des frontières.

A Mytilène

A Salonique une manifestation analogue a mobilisé plusieurs centaines de personnes. D’une importance capitale sont les rassemblements qui ont eu lieu aux îles de Chios et de Lesbos où des milliers de réfugiés et de migrants se trouvent bloqués à la suite de l’accord UE-Turquie.

A Mytilène (Lesbos), 2000 personnes se sont rassemblés le samedi après-midi à la place de Sappho (la place centrale) ; plusieurs réfugiés du camp fermé de Moria et du campement de Cara-Tepe ont participé au rassemblement et à la marche en direction de la mairie en réclamant la fermeture du camp de Moria qu’ils ont dénoncé comme étant une véritable prison.

A Chios il y a eu également un rassemblement à la place centrale avec une participation significative de réfugiés qui ont pris parole pour dénoncer les conditions de vie indignes qui leur sont faites.

Ähnliche Beiträge

Kommentare geschlossen.