18. Juli 2017 · Kommentare deaktiviert für „Militäreinsatz im Mittelmeer: Kritik an EU-Einsatz gegen Schlepper wächst“ · Kategorien: EU · Tags: , , ,

NZZ | 18.07.2017

Die EU-Mission «Sophia» bekämpft seit zwei Jahren vor Libyens Küste Schlepper. Kritik kommt nicht nur von Amnesty International, sondern auch vom britischen Oberhaus: Die EU-Strategie verursache mehr Tote.

von Niklaus Nuspliger, Brüssel

Normalerweise nimmt die Planung von EU-Militäreinsätzen Monate in Anspruch. Im Frühjahr 2015 aber einigten sich die EU-Aussenministerin Windeseile auf die Entsendung einer Marine-Mission zur Schlepper-Bekämpfung ins zentrale Mittelmeer. Die EU stand in der Flüchtlingskrise unter grossem Druck, und da die Schiffe Schleppern das Handwerk legen sollten, faktisch aber auch das Dispositiv zur Lebensrettung verstärkten, stiess der Plan auf Zustimmung. Um dem Militäreinsatz ein menschliches Antlitz zu geben, wurde die Mission von «EU-Navfor Med» auf «Sophia» umgetauft – nach dem Namen eines Mädchens, das eine gerettete Somalierin auf einem deutschen Schiff zur Welt gebracht hatte.

Weiterlesen »

14. Juli 2017 · Kommentare deaktiviert für Libia, la svolta anti scafisti di Sarraj: “Pronti a bombardare le loro navi” · Kategorien: Nicht zugeordnet · Tags: ,

La Stampa | 13.07.2017

La mossa del premier è un messaggio all’Ue: disposti a misure estreme. Il governo minacciato dall’avanzata di Ghwell. Oggi Minniti a Tripoli

GIORDANO STABILE

Usare l’aviazione contro «l’emigrazione illegale». Cioè bombardare le navi degli scafisti che partono dalle coste libiche dirette verso l’Italia. Non è una provocazione ma un ordine diretto del premier Fayez al-Sarraj alle sue forze armate. Un’accelerazione improvvisa nella lotta ai trafficanti di uomini arrivata alla vigilia delle visita del ministro dell’Interno Minniti, atteso oggi a Tripoli per una missione che ha come scopo principale frenare l’afflusso dei migranti dalle frontiere meridionali della Libia. Minniti – che ieri è stato a Berlino dove ha incontrato l’omologo Thomas De Maiziere – vedrà oggi 13 sindaci del Sud della Libia per convincerli a mobilitarsi contro i trafficanti di uomini.

Weiterlesen »

02. Juli 2017 · Kommentare deaktiviert für Tunesien: Wichtige Produktionsgebiete zu militärischem Sperrgebiet erklärt · Kategorien: Tunesien · Tags: , ,

allAfrica | 29.06.2017

Tunisie: Les sites de production et les installations vitales déclarés zones militaires interdites

Par A.dermech

Hier, ce fut un autre projet de décret présidentiel qui a été annoncé à l’issue de la réunion du Conseil de sécurité nationale tenue sous la présidence du président Béji Caïd Essebsi.

Désormais, les sites de production et les installations vitales seront déclarés zones militaires interdites, donc sous la supervision et la protection de l’armée.

En plus clair, les sit-inneurs qui ont pris l’habitude de dresser leurs tentes devant les sociétés pétrolières installées dans le Sud et demandant à y être recrutés tout en empêchant ceux qui y travaillent d’y accéder ne seront plus autorisés à le faire dans la mesure où ces sociétés seront déclarées zones militaires et les sit-inneurs qui sont des civils n’auront plus la possibilité d’y parvenir même s’ils déclarent et jurent qu’ils ne vont pas fermer les vannes ou bloquer les camions transportant le pétrole ou les engrais chimiques. Weiterlesen »

30. Juni 2017 · Kommentare deaktiviert für „Bundeswehr beteiligt sich weiter an EU-Mission gegen Schleuser“ · Kategorien: Deutschland, Mittelmeer · Tags: , ,

Zeit Online | 29.06.2017

Der Bundestag hat das Mandat für die Marinemission Sophia im Mittelmeer verlängert. Bisher wurden 100 mutmaßliche Schleuser gefasst – und 40.000 Flüchtlinge gerettet.

Die Bundeswehr wird im Mittelmeer weiterhin gegen Schleuser vorgehen und Flüchtlinge bergen. Der Bundestag beschloss mit großer Mehrheit eine Verlängerung der EU-Marinemission Operation Sophia. An der Mission sollen sich demzufolge auch in den nächsten zwölf Monaten insgesamt bis zu 950 Bundeswehr-Soldaten beteiligen können – derzeit sind knapp 90 im Einsatz.

Weiterlesen »

30. Juni 2017 · Kommentare deaktiviert für „Tunisie: Les sites de production et les installations vitales déclarés zones militaires interdites“ · Kategorien: Tunesien · Tags: , ,

allAfrica | 29.06.2017

Par A.dermech

Hier, ce fut un autre projet de décret présidentiel qui a été annoncé à l’issue de la réunion du Conseil de sécurité nationale tenue sous la présidence du président Béji Caïd Essebsi.

Désormais, les sites de production et les installations vitales seront déclarés zones militaires interdites, donc sous la supervision et la protection de l’armée.

En plus clair, les sit-inneurs qui ont pris l’habitude de dresser leurs tentes devant les sociétés pétrolières installées dans le Sud et demandant à y être recrutés tout en empêchant ceux qui y travaillent d’y accéder ne seront plus autorisés à le faire dans la mesure où ces sociétés seront déclarées zones militaires et les sit-inneurs qui sont des civils n’auront plus la possibilité d’y parvenir même s’ils déclarent et jurent qu’ils ne vont pas fermer les vannes ou bloquer les camions transportant le pétrole ou les engrais chimiques.

Idem pour les sit-inneurs qui envisagent de programmer un mouvement de protestation devant les sièges de la Sonede, de la Steg ou de l’ARP pour faire parvenir aux autorités concernées leurs revendications.

 

Autrement dit, les termes sites de production et installations vitales, comme indiqué dans le communiqué issu de la réunion du Conseil de sécurité nationale, ne signifient pas exclusivement les sites pétroliers concentrés dans le Sud (Tataouine, Kébili, Ben Guerdane) ou la Compagnie des phosphates de Gafsa et ses sites de production installés à Redeyef, Métlaoui et M’dhilla et prochainement à Sra Ouertane dans la région du Kef.

La liste des installations et sites qui seront placés sous la protection de l’armée sera révélée prochainement au public et sera bien longue et diversifiée puisqu’il s’agit maintenant de savoir quelle est l’installation qui peut être considérée comme stratégique ou vitale et quelle est celle qui n’aura pas droit à ce statut et pourrait être permise pour abriter un sit-in qui pourrait lui aussi durer des semaines ou des mois avant que Noureddine Taboubi, le pompier n°1 du pays, ne soit sollicité par le chef du gouvernement (hier, il a déclaré sur les ondes de Mosaïque FM que c’est bien Youssef Chahed qui lui a demandé personnellement d’aller négocier avec les sit-inneurs d’El-Kamour), ou par le gouverneur d’une quelconque région ou par le délégué de Bir Lehfay, à titre d’exemple, pour apaiser la tension née à la suite des actes de violence ayant opposé deux «arouchs» et ayant occasionné la mort d’un jeune et du lieutenant Hajlaoui.

 L’armée a-t-elle les moyens d’assurer sa nouvelle mission ?

Pour savoir comment les choses devraient se dérouler pratiquement sur le terrain, c’est-à-dire dans les régions qui abritent les sociétés pétrolières et aussi dans celles où se trouvent les installations dites stratégiques, La Presse a posé la question suivante au Pr Abdelmajid Abdelli, enseignant de droit public à l’université El Manar : comment vont opérer les forces armées ?

«D’abord, précise-t-il, il faut que les sites et les installations concernées soient annoncés à l’avance au public. Il faut installer des poteaux de sécurité visibles pour déterminer où commence et où finit la zone dite militaire. Reste maintenant à savoir comment les soldats vont agir en vue de faire face aux contrevenants qui ne respecteront pas les poteaux de sécurité et se hasarderont dans les zones dites militaires.

Jusqu’à la publication du décret présidentiel en question, la mission de l’armée nationale consistait à défendre le pays contre les agressions étrangères. Maintenant, nos soldats sont chargés d’une deuxième mission, faire face aux agressions internes. Ainsi, l’armée va-t-elle empiéter sur les attributions des forces de sécurité ? Sauf que la question qui s’impose d’elle-même est de savoir si nos soldats ont la formation nécessaire en matière de constat des crimes, de rédaction des procès-verbaux et de transfert des prévenus auprès du ministère public.

Jusqu’à aujourd’hui, ces attributions sont l’affaire de la police judiciaire et sont énoncées clairement dans le code de procédure pénale».

Peut-on déceler un lien quelconque entre le projet de décret présidentiel en question et le mouvement de protestation déclenché par les syndicats sécuritaires appelant à l’accélération de l’adoption de la loi sur la répression de la violence à l’encontre des forces de l’ordre ?

Le Pr Abdelli est catégorique : «L’arsenal juridique existant est largement suffisant et le code pénal datant de 1913 et que certains accusent d’être en retard par rapport à ce qui se passe dans le pays prévoit des sanctions qui n’ont pas été retenues dans la loi antiterroriste. Pour moi, l’Etat ne doit pas réagir au coup par à coup. On doit appliquer minutieusement et soigneusement les textes existants. Quand le terrorisme a frappé en France et en Angleterre, Paris et Londres n’ont pas adopté de nouvelles lois. Ils se sont contentés d’appliquer celles déjà existantes».

Le Conseil de sécurité nationale décide :

Réuni hier sous la présidence du président de la République, Béji Caïd Essebsi, le Conseil de sécurité nationale a adopté un projet de décret présidentiel portant proclamation des sites de production et des installations stratégiques et vitales zones militaires interdites.

Le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani, avait annoncé, le 17 mai 2017, la formation d’une commission au sein du département pour élaborer un projet de décret définissant les champs d’intervention de l’armée nationale dans les domaines civils et dressant la liste des sites et installations qui seront placés sous sa protection.

Cette annonce intervient sur fond des instructions données par le chef de l’Etat à l’armée nationale pour protéger les sites vitaux et stratégiques du pays.

Dans le discours qu’il avait prononcé, le 10 mai 2017, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, avait annoncé que l’armée nationale va désormais protéger les sites de production.

«Il n’est plus permis aujourd’hui d’interrompre la production ou de barrer les routes», avait-il dit en allusion à l’interruption récurrente de la production sous la pression des mouvements de protestation.

Selon un communiqué de la présidence, la réunion du Conseil de sécurité nationale a donné lieu à une évaluation de la situation sécuritaire au triple plan national, régional et international.

A ce propos, le Conseil a mis l’accent sur l’impérieuse nécessité de continuer à prendre les mesures et les dispositions nécessaires pour combattre le terrorisme et éradiquer toute forme de radicalisme, l’objectif recherché étant d’immuniser la société tunisienne et de préserver la sécurité nationale dans le respect des lois et législations y afférentes et en application des différentes dispositions de la stratégie nationale de lutte le radicalisme et le terrorisme.

Au cours de cette réunion, le Conseil de sécurité nationale a jugé indispensable d’intensifier les efforts régionaux et internationaux pour venir à bout à de ce phénomène transfrontalier.

Il a également souligné la nécessité de favoriser la coopération et la coordination avec les pays frères et amis pour contenir ce phénomène, freiner son expansion et l’extirper jusqu’à la racine, dans le droit-fil de la consolidation des attributs de la sécurité et de la stabilité dans la région et dans le monde.

Par ailleurs, la réunion a planché sur les derniers développements de la guerre contre la corruption ainsi que sur les mesures envisagées pour garantir la poursuite de cette guerre avec la rigueur et l’efficacité requises.

20. Mai 2017 · Kommentare deaktiviert für Tunesien, Tataouine: Einsatz der Armee, Schüsse · Kategorien: Tunesien · Tags: , ,

Mosaique | 19.05.2017

tataouine

Tataouine : nouveau tir de sommation pour repousser les manifestants

L’armée nationale a effectué un nouveau tir de sommation suite à la tentative des manifestants à El Kamour de s’accéder à l’unité de contrôle du pompage de gaz. 

D’importants renforts militaires viennent d’arriver sur place et la tension est palpable.

La ville de Tataouine connait aussi une suspension totale de la circulation après la fermeture des routes en signe de solidarité avec les manifestants a indiqué le correspondant de Mosaïque FM Habib Chaabani.

Weiterlesen »

19. Mai 2017 · Kommentare deaktiviert für Im Gedenken an Elisabeth Käsemann, Fluchthelferin · Kategorien: Deutschland · Tags: , ,

junge Welt | 19.05.2017l

Der Rettung nicht wert

Vor 40 Jahren wurde die deutsche Linke Elisabeth Käsemann in Argentinien von Schergen der Militärjunta ermordet – nach wochenlanger Folter

Von Jana Frielinghaus

Literatur: Bibliothek des Widerstands, Band 8
Dass du zwei Tage schweigst unter der Folter!
Elisabeth Käsemann, Klaus Zieschank, die Diktatur in Argentinien und die Leichen im Keller des Auswärtigen Amtes
Buch und DVD mit zwei Filmen. Laika-Verlag, Hamburg 2010, 192 S., 24,90 Euro

Was sie das Leben kostete, das waren auch ihr Mut, ihre Entschlossenheit und wohl eine Art Pflichtbewusstsein. Vor allem aber war es die kalkulierte Untätigkeit der Regierung der Bundesrepublik Deutschland. Sie hatte damals, im Frühjahr 1977, viele Möglichkeiten, das Leben ihrer Staatsbürgerin Elisabeth Käsemann zu retten. Sie tat es nicht. Die Motive: wirtschaftliche Interessen und notorischer Antikommunismus.Die Tochter eines namhaften Theologieprofessors war schon als Kind unbequem und politisch aktiv. Geboren am 11. Mai 1945 in Gelsenkirchen, wuchs sie in Göttingen und Tübingen auf. Die Konsequenz ihres Denkens und Handelns führte sie 1969 nach Lateinamerika, wo sie revolutionäre Bewegungen unterstützen und etwas gegen die ungerechte Verteilung des Reichtums unternehmen wollte. Fotos aus dieser Zeit zeigen eine außergewöhnlich schöne junge Frau mit hellen Augen und langem dunklem Haar, ernsthaft und heiter zugleich. Als sie am 24. Mai 1977 an einem Ort südlich der argentinischen Hauptstadt Buenos Aires von Militärs durch Schüsse ins Genick und in den Rücken ermordet wurde, war sie gerade erst 30 Jahre alt geworden. Am selben Tag und am selben Ort wurden 15 weitere Gegner der Diktatur erschossen.

Weiterlesen »

10. Mai 2017 · Kommentare deaktiviert für Libysche Marine bringt Sea Watch und Boat-people in Lebensgefahr · Kategorien: EU, Libyen · Tags: , , , , ,

Sea Watch | 10.05.2017

Die von der EU finanzierte Libysche Küstenwache hat während einer see- und völkerrechtswidrigen Rückführungsaktion am Vormittag des 10.05.2017 die Crew der Sea-Watch 2, sowie mehrere Hundert Flüchtende auf einem Holzboot in Lebensgefahr gebracht. Der Vorfall, bei dem ein Patrouillenboot der libyschen Marine unser Schiff beinahe rammte, wurde von Sea-Watch dokumentiert. Ziel der Libyer war es, ein Flüchtlingsboot aus internationalen Gewässern nach Libyen zurückzubringen. Dies geschah ganz im Sinne des Aktionsplans der EU, welcher vorsieht, die Libysche Marine und Küstenwache für die Migrationsabwehr einzuspannen. Ähnliche Aktionen haben schon in der Vergangenheit zu tödlichen Zwischenfällen geführt. Die EU muss von diesem Plan daher dringend Abstand nehmen, um die Situation auf dem Mittelmeer nicht weiter zu eskalieren. Es muss zudem eine unabhängige Untersuchung stattfinden, inwieweit möglicherweise europäische Behörden die illegale Rückführung veranlasst haben.

Weiterlesen »

29. April 2017 · Kommentare deaktiviert für Libyen verhindert US/EU-Bombardierung kommerzieller Fluchthilfe-Milizen · Kategorien: EU, Italien, Libyen · Tags: , ,

Libya Herald | 29.04.2017

Libya refused international requests to strike migrant smuggling militias: GNA Foreign Minister Siala

By Sami Zaptia

Presidency Council / Government of National Accord (PC/GNA) foreign minister Mohamed Siala has admitted that Libya had received ‘‘international requests’’ to carry out ‘‘military strikes within Libya against militias’’ engaged in smuggling illegal migrants. But Libya had refused, he stated. Siala was speaking in London today during the recording of the BBC Media Action’s Hiwar Mushtarak (Joint Debate) programme for the BBC Arabic service. The episode, which follows a Question Time format of panelists answering a live-recorded studio audience, was debating the issue of Libya’s illegal migration.

The foreign minister, who was one of the panelists, conceded that Libyan militias were behind the illegal migration trade and that the international community knew exactly who they were and where they were based. They also knew their Thuraya satellite phones and listened to their calls. However, he said that Libya had ‘‘refused’’ to grant international requests to strike at them within Libya in order to ‘‘save any further Libyan bloodshed’’. Answering a number of searching questions from a majority-Libyan audience, Siala insisted that Libya ‘‘would not be Europe’s policeman”. Europe had “to accept its responsibilities. Libya must not defend Europe’s borders’’. He also suggested that Europe, rather than Libya, should pay for the proposed sophisticated electronic southern border security system. Weiterlesen »

18. April 2017 · Kommentare deaktiviert für Libyen, Zuwara: 3 Öl-Schmuggel-Schiffe von Luftwaffe angegriffen · Kategorien: Libyen · Tags:

The Libya Observer | 17.04.2017

Libyan air and naval forces form joint operations room to fight fuel smuggling

The fuel and gas crisis committee has announced that air and naval forces had formed an operations room to end the crisis of fuel smuggling from Libya. „All targets are now in sight and the new joint operations room will take the needed action against them once needed.“ The committee said on its Facebook page.

It also stressed that the operations room is getting ready to end this phenomenon on the Libyan coast once and for all.

„Because such an action is related to military operations, the fuel and gas committee has decided to suspend its work and leave it in the hands of this new room.“ The statement on Facebook added.

Weiterlesen »

Seite 1 von 5812345...102030...Letzte »